Le zentangle dans toutes ses formes !

D’où vient le zentangle ?

 

L’histoire du zentangle a commencé avec deux américains, Maria Thomas et Rick Roberts, Maria, une artiste, raconta un jour à Rick l’état d’esprit dans lequel elle se trouvait quand elle devait dessiner des motifs répétitifs, Rick, un spécialiste de la méditation, identifia de suite dans ses propos ce qui était un état méditatif : gribouiller (tangle veut dire gribouiller dans la traduction française) lui insufflait un sentiment de liberté et de bien-être profond, une concentration telle qu’elle en oubliait le reste pour se focaliser sur le dessin seul.

Travaillant ensemble sur leur découverte pour en sortir une méthode qui permettrait à tout le monde d’en profiter, ils donnèrent naissance au Zentangle, un outil inspirant.

 

Les bienfaits du zentangle

 

le zentangle est une méthode relaxante pour créer de belles images à partir de motifs répétitifs, ça apaise l’esprit, ça détend et ça destresse tout simplement. C’est comme quand on est au téléphone et qu’on écrit n’importe quoi sur un cahier : l’attention est là avec l’esprit occupé mais la main fait autre chose. Ils en ont fait une espèce d’art abstrait à partir de petits dessins. C’est une forme d’art fascinante qui augmente la concentration et la créativité. Le zentangle est apprécié par un large éventail de compétences et d’âges et est utilisé dans de nombreux domaines d’intérêt.

Cette activité méditative est apparentée à l’art thérapie.

 

 

Le principe du zentangle

 

Il n’y a pas de règles à respecter pour faire du zentangle. Mais pour être vraiment dans le vif du sujet, les créateurs préconisent l’usage d’une feuille ayant un format bein spécifique : du 9 sur 9. On travaille dans des zones bien délimitées c’est-à-dire que dans ce carré, on peut bien tracer des cercles ou d’autres formes et les remplir de petits motifs à  répétition, des dessins décoratifs qu’on refait à l’infini.

 

Différence entre zentangle et mandala

 

Surtout on ne parle pas de Mandala quand on fait du zentangle car ce n’est pas du tout le même principe. Néammoins, ces deux arts peuvent se rejoindre plus tard mais au départ non. Géométriquement parlant, on fait beaucoup plus ce qu’on veut que dans le Mandala. On est tout à fait libre, on se détend en dessinant et on ne cherche pas à obtenir un résultat final précis. On ne réfléchit pas en le pratiquant mais on essaye seulement d’occuper l’espace.

 

Quelques conseils sur le zentangle

 

Pour ceux qui se demandent si on doit pratiquer le zentangle dans un moment de stress ou plutôt quand on se sent justement bien, on va dire que les deux sont parfaits. On peut le faire à tout moment de la journée et on peut travailler n’importe où : dans une salle d’attente, dans la gare en attendant le train, sur le canapé. Même si vous n’avez rien comme matériel, un cahier et un crayon sont amplement suffisants pour commencer.

Le zentangle est complément libre. Ce qu’il faut savoir c’est qu’il est accessible à tous et ça ne coûte pas cher. Le prix du matériel se résume à celui de feutres. On peut utiliser n’importe quel feutre mais lisse autant que possible pour que ça glisse bien.

 

Mes premiers essais

 

Je réfléchis d’abord à des modèles qui m’intéressent vu que je n’ai pas encore pratiqué cette technique je regarde beaucoup de vidéos sur youtube en français et en anglais, je vous montre dans ce lien un exemple de zentangle que je trouve vraiment magnifique.

Je fouine aussi sur Google image pour m’en inspirer et essayer de créer quelque chose qui y ressemble tout en gardant mon style.

Je me sens inspirée par du noir et blanc, je teste d’abord des formes au crayon à papier sur une feuille blanche, j’en fais plusieurs, ça a pas été du tout facile au départ je n’étais pas satisfaite de mes motifs.

Mes difficultés rencontrées

 

Les difficultés que j’ai rencontrées étaient de réussir à faire une succession de motifs ethniques identiques dans différents petits espaces de ma feuille.

Et je pense que la prochaine fois j’utiliserai des stylos avec une mine plus fine, car mes marqueurs étaient plus adaptés pour le remplissage de mes formes mais pas pour dessiner avec minutie les motifs, j’ai vu sur internet qu’il existait d’autres marques et modèles.

En fait quand j’ai regardé des vidéos j’ai eu l’impression que c’était super facile mais la réalité était tout autre lol.

J’ai donc persisté encore et encore jusqu’à obtenir quelque chose dont j’étais plutôt satisfaite.

 

N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires, votre retour est précieux pour moi, il m’aide à m’améliorer et me motive énormément.

 

Les conseils que je peux vous donner

 

Il ne faut pas chercher à faire quelque chose de parfait à tout prix, il suffit juste de se laisser aller de lâcher prise, et ça viendra naturellement à votre rythme.

 

 

Dans toutes les vidéos que j’ai vues, le zentangle est souvent en noir et blanc, personnellement j’ai testé le noir et blanc et la couleur, et c’est avec la couleur que je me sens le plus en harmonie. Après il n’y a pas de règles absolues, donc je vous conseille de faire au feeling. Il ne faut pas se mettre de barrières, c’est l’erreur que j’ai faite au départ et c’est ce qui m’a bloquée dans ma créativité.

 

Vous aimeriez vous initier comme moi ou vous avez déjà testé cette technique ? Laissez- moi votre commentaire pour échanger avec moi sur ce sujet.

 

En attendant n’oubliez pas dessinons ensemble notre histoire, dessinons l’histoire !

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *